Un œil sur J’ai deux yeux

Nouveau temps de résidence à La Sirène pour Laurent Lamarca et le Prince Miiaou, qui répètent leur spectacle commun, en compagnie des musiciens et classes associés. Semaine technique donc, l’occasion de revenir sur cette analyse de J’ai deux yeux du Prince Miiaou, faite par Gérard Authelain et mise en musique par Bouther Bouther.

Lors de l’édition 2012/2013 des Enfants de la Zique, Gérard Authelain, musicien et pédagogue, s’était livré à une analyse fine du titre interprété par Le Prince Miiaou. Nous redonnons ici l’essentiel de ce matériel pédagogique rare, permettant de comprendre la composition du morceau.

Les annotations musicales de Gérard Authelain ont été retranscrites boucle par boucle par Bouther et Bouther, également parties prenantes de Francos Éduc.

J’ai deux yeux mais sur les deux,
Y en a qu’un qui m’appartient,
Le gauche est vif, le droit se plaint
À coup sûr c’est lui le mien.
Le dissident m’observe, m’épie, ne cligne pas
quand je lui dis, il reste ouvert pendant la nuit,

Mon cerveau, j’ai démonté, et l’œil gauche
déconnecté

Now I see you as my enemy

Mes deux yeux sont silencieux,
Depuis mon geste peu judicieux
L’œil droit se meurt, le gauche soupire
Je ne sais plus lequel choisir
Mais mon cerveau m’observe, m’épie, ne s’éteint
plus quand je lui dis, il redémarre pendant la nuit
Mes deux yeux j’ai arraché : je préfère l’obscurité.

I won’t see you my enemy


Instrumental


Boucle rythmique


Le rythme est bâti sur une formule à 5 temps, que l’on repère aisément avec une pulsation régulière grave scandée tous les troisièmes temps par une sorte de saut au son plus clair, qui imprime à l’ensemble comme un déclic ou pas de côté, et qui ne s’inscrit pas dans une formule carrée classique à 4 temps, Il dure 10 secondes.

Après une seconde d’arrêt, la boucle reprend de la même manière, et sur elle se greffe un chœur (voix probablement réenregistrée sur elle-même) avec une contexture harmonique :

Boucle chœur


En fait, la séquence dominante est sur 4 mesures (Fa/Do/Sol/La), mais elle se présente une première fois sur une harmonie de fa et une seconde fois sur une harmonie de ré mineur.

L’intérêt de cette séquence, qui va de 0’11 à 0’37 est que :
– la rythmique est sur une mesure à 5 temps ;
– la carrure de la séquence chœur est sur 4 mesures ;
– le chant est écrit sur des valeurs longues à 3 temps.

À 0’37 débute le chant, dont les auditeurs verront le travail très fin avec l’effet d’écho. En réponse à ce chant interviennent quelques notes de piano, également mises en boucle :

Boucle piano


Cette intervention du piano est composée d’une structure où la mise en boucle peut concerner l’ensemble des 4 séquences ou n’être réalisée que pour les séquences A/B. Elle se prolonge avec la reprise du chœur et ne se termine qu’à 1’32.

Lorsque le chant reprend à 1’32, le leitmotiv du choeur et du piano (Fa/Do/Sol/Fa) est repris par le violoncelle.

Boucle violoncelle


Il faudra prêter l’oreille pour le percevoir. C’est surtout sensible à partir de 1’50 environ jusqu’à ce que, à 2’08, les chœurs reprennent sur ce même leitmotiv.

Retrouvez l’analyse complète de Gérard Authelain au format pdf. :
Le Prince Miiaou J’ai 2 yeux