Dans le grand bain

Les Bains-Douches de Lignières, SMAC et Pôle chanson de la Région Centre-Val de Loire, ont accueilli début octobre la « Scène Sacem, tournée Chantier des Francos« , qui programmait Baptiste W. Hamon, Liz van Deuq et Bastien Lucas. Cheville ouvrière des Bains-Douches depuis bientôt 40 ans, Annie Marchet devait bien avoir quelque opinion sur notre jeune scène francophone et anglotrope.

« La plupart du temps, les artistes eux-mêmes ne savent pas d’où viennent leurs influences, pose d’emblée Annie, qui analyse les mouvements en cours dans la scène française forte de ses trente-huit ans d’activités à Lignières en compagnie de son mari Jean-Claude, le propre de la chanson c’est le métissage, c’est quelque chose qui s’observe au moins depuis la seconde guerre mondiale et les apports du jazz. Le swing de Trenet, c’est déjà une influence anglo-saxonne et c’est inhérent à la chanson d’être traversée par des influences. Aux Bains-Douches, même si nous avons une inclination forte pour les artistes francophones, nous avons aussi programmé des artistes comme Geoffrey Oryema ou Piers Faccini, qui témoignent justement de ce que ces métissages, ces influences peuvent avoir d’intéressant. »

Cloisonnements
Annie reconnaît toutefois les cloisonnements forts qui se sont mis en place sur la scène française. « Je n’ai pas aimé comment on a créé des chapelles. La chanson est parti dans plusieurs directions, qui ont eu tendance à s’ignorer. Dans les années 70, ce que l’on appelait la variété était par exemple traversée d’influences musicales très riches, mais la dimension très fortement commerciale de ces chansons l’a éloignée de certains publics. De la même façon, on a parfois opposé une certaine chanson où l’on sentait une recherche musicale forte à d’autres, qui étaient plus légères, mais pas moins intéressantes. Ce sont des clivages dont la scène actuelle semble s’affranchir, les oppositions sont moins radicales. Je me souviens par exemple de Dominique A affirmant sans ambiguïté « je fais de la chanson », c’était quelque chose d’assez nouveau de revendiquer cela vu les influences qui étaient les siennes. »

Convergence
Annie est une observatrice privilégiée de ces évolutions et les mouvements en cours semblent plutôt la rassurer, « je trouve vraiment que la chanson française actuelle rattrape ce que je percevais comme une relative faiblesse musicale, en terme d’arrangements, qui ne changeaient pas trop, qui donnaient toujours un peu le même son. Les jeunes artistes n’hésitent plus à s’approprier ce qui leur semble intéressant dans d’autres registres musicaux et expérimentent beaucoup plus. En même temps, le public est plus ouvert qu’il n’y paraît à des propositions nouvelles et le fait que certains artistes amènent à leur façon des éléments tirés de l’électro, du rap… ouvre sans doute à des genres musicaux que les gens ne seraient peut-être pas allés écouter spontanément. C’est une bonne chose, on sort des chapelles, ça bouge beaucoup, cela fait converger certains publics. »

French paradox
Une convergence qu’Annie juge profitable aux artistes et qui pose de nouvelles questions : « c‘est un des paradoxes du contexte culturel français, où la distinction entre les théâtres et scènes nationales, d’un côté, et les SMAC, de l’autre, c’est-à-dire concrètement le fait d’assister à un concert assis ou debout, joue encore comme quelque chose de clivant. C’est d’ailleurs quelque chose qui nous distingue aux Bains-Douches puisque nous sommes une SMAC où le public est assis pendant les concerts. Personnellement, je reste attachée au fait de comprendre le texte, indépendamment de la proposition musicale qui m’est faite et nous veillons donc à ce que les conditions d’écoute soient optimales et respectueuses des artistes sur scène. Les SMAC ont contribué à ouvrir à certaines musiques, qui ont des pratiques d’écoute particulières, et se retrouvent aujourd’hui chercher les bonnes formules pour programmer des chanteurs français dans de bonnes conditions. Certains artistes proposent même deux formules : l’une pour les SMAC, l’autre pour les théâtres ! »

> Les Bains-Douches de Lignières-en-Berry
> @lesbainsdoucheslignieres