Soit dit en passant # 3

Poursuivons notre patient travail de collecte (qui n’a aucune prétention à l’exhaustivité, on épingle ce qui nous passe sous les yeux ou entre les oreilles). Un jour, il sera temps de mettre un peu d’ordre dans nos petits papiers et l’on pourra alors esquisser l’histoire de « la nouvelle scène française ». Aujourd’hui, parole à Feu ! Chatterton.

uand on a vu arriver Mustang, Lescop, Aline, La Femme et Granville, on s’est dit : Putain, ça y est ! On peut faire de la musique en français sans être ringard ! Et puis après, c’est Fauve ≠ qui est arrivé. Ça a donné un autre éclairage à la nouvelle scène française.

(cité d’après la version papier ou abonné des Inrocks)

Et comme on s’abreuve à toutes les sources, on retiendra également ce petit morceau de bravoure, par Pharaon de Winter, dans Tecknikart :

Je ne fais pas de chanson française, non. C’est un genre en soi, très connoté Vincent Delerm, avec une orchestration et des harmonies pauvres, et des paroles réalistes. Tu as l’impression que tout ce que ces gens ont écouté dans leur vie s’est gommé, comme s’ils n’avaient écouté que Léo Ferré !